bandeau 2022 500pxbandeau1 covid 2020

 


bouton don

 

Actualités

Fortes chaleurs : protégez-vous !

 

aff covid fortes chaleurs fr

numero vert plateforme canicule

16 juin : journée mondiale du cancer du rein

Le 16 juin est la journée mondiale du cancer du rein

C'est une journée au cours de laquelle la communauté mondiale du cancer du rein se réunit pour sensibiliser aux problèmes clés auxquels sont confrontés les patients atteints de ce cancer et leurs soignants dans le monde entier. 

Des études menées par l'International Kidney Cancer Coalition (IKCC) montrent que de nombreux patients atteints d'un cancer du rein ne connaissent pas les options thérapeutiques qui s'offrent à eux et n'en discutent pas avec leur médecin aussi souvent ou aussi complètement qu'ils le devraient.

Parfois, c'est parce que les patients ont le sentiment de ne pas en savoir assez ou de ne pas pouvoir interroger leur médecin. D'autres fois, c'est parce que les médecins ne veulent pas accabler leurs patients ou que leurs rendez-vous sont trop courts.

Parler des options de traitement, y compris de l'accès aux essais cliniques, permet d'obtenir de meilleurs résultats thérapeutiques. Par exemple, quelque 90 % des patients atteints d'un cancer du rein déclarent qu'ils envisageraient sérieusement de participer à un essai clinique si on le leur demandait ; mais moins de la moitié d'entre eux sont sollicités et la plupart n'ont aucune idée des essais qui pourraient leur être proposés. C'est pourquoi le thème de la Journée mondiale du cancer du rein 2022 de l'IKCC est "Nous devons parler des options de traitement".

Pour aider à créer des conversations plus nombreuses et de meilleure qualité entre les patients et leurs équipes de soins, l'IKCC a lancé une campagne mondiale en ligne, comprenant les six questions que tout patient atteint d'un cancer du rein devrait pouvoir poser à son médecin, que les patients peuvent télécharger et emporter lors de leur prochain rendez-vous. Comment vais-je me sentir avec ce traitement ? Y a-t-il des essais cliniques auxquels je pourrais participer ? Six questions simples que les patients peuvent imprimer et emporter lors de leur prochain rendez-vous afin de créer de meilleures conversations qui mènent à de meilleurs résultats de traitement avec moins d'effets secondaires. Vous pouvez télécharger les six questions au format PDF sur le site worldkidneycancerday.org, où vous trouverez également d'autres informations sur le thème "Nous devons parler des options de traitement".


FACTEURS DE RISQUE 

Les facteurs de risque reconnus du cancer du rein sont :

  • la consommation de tabac
  • le surpoids ou l'obésité
  • le fait d'être traité par dialyse depuis plus de trois ans.


D'autres facteurs sont suspectés :

  • l'hypertension artérielle
  • l'exposition au cadmium ou à l'amiante.

Dans de rares cas, le cancer du rein est dû à une prédisposition génétique ; on parle alors de forme héréditaire ou de forme familiale de cancer du rein.  


SYMPTÔMES

Souvent, le cancer du rein se développe sans provoquer de symptôme particulier. Néanmoins, il arrive qu'un cancer du rein entraîne une hématurie, c'est-à-dire la présence de sang dans les urines, une douleur dans le flanc ou qu'il se matérialise par une masse palpable au niveau des lombaires.
Ces symptômes peuvent être présents simultanément. Il est important d'informer votre médecin si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes et, notamment, en cas d'apparition de sang dans les urines.  


CHIFFRES CLES 

Le nombre de nouveaux cas de cancer du rein en 2018 en France était estimé à 5 323, dont 67 % chez l’homme. L'âge moyen au moment du diagnostic est de 65 ans. Le cancer du rein représente ainsi environ 3% de l'ensemble des cancers.
Source INCa  

► Plus d'information : 
- En savoir plus sur les essais cliniques à l'ICL    
www.e-cancer.fr   
www.artur-rein.org



31 mai : journée mondiale sans tabac

Le tabac c’est :
plus de 6 millions de morts chaque année
(dont plus de 600 000 sont des non-fumeurs)

 

sans tabacLa journée mondiale sans tabac, instituée par l’OMS en 1987, est organisée chaque année le 31 mai. Axée sur les dangers du tabac pour la santé, cette journée vise à mieux faire connaître l’épidémie de tabagisme et ses effets mortels. Le tabagisme est la plus importante épidémie évitable à laquelle les soignants sont confrontés.

Le thème 2022 « Le tabac : une menace pour notre environnement » met l’accent sur l’impact néfaste de l’industrie du tabac sur l’environnement et ses conséquences négatives sur la santé humaine dues à la culture, la production, la distribution, la consommation de produits du tabac et à leurs déchets :

  • 600 000 000 arbres abattus pour produire des cigarettes ;
  • 84 000 000 tonnes de CO2 libérées dans l’atmosphère et contribuant à la hausse des températures dans le monde ;
  • 22 000 000 000 litres d’eau utilisés pour produire des cigarettes.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Des consultations de tabacologie sont possibles pour les patients traités à l’ICL. Contact : 03 83 59 84 46.
Plus d'informations sur la lutte contre les addictions à l'ICL en cliquant ICI

Du 12 au 17 juin : semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau

Du 12 au 17 juin 2022 se déroule la 24ème édition de la semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau organisée par le syndicat national des dermatologues vénéréologues (SNDV).

Cancers de la peau, une semaine pour sauver sa peau, toute sa vie pour en prendre soin.

 

La saison estivale se profile avec l’arrivée du soleil et des activités extérieures ! Si le soleil a de nombreux bienfaits (il dope le moral et favorise la synthèse de la vitamine D), attention aux risques qu’il peut représenter. En effet, l’exposition aux UV peut provoquer des coups de soleil ou des réactions allergiques. À plus long terme, cela favorise le développement de cancers de la peau.

Un sondage IPSOS mené en 2021 par le SNDV révèle que, bien qu’informés, les Français ne mettent toujours pas en pratique les bons réflexes pour protéger leur peau lors d’une exposition solaire et continuent la pratique des UV.

  • À peine plus d’1 français sur 2 met souvent de la crème solaire sur les parties découvertes qui ne sont pas protégées par un vêtement.
  • 57% des Français ne portent que rarement ou jamais de chapeau.
  • Plus de 4 Français sur 5 continuent de s’exposer au soleil entre 12h et 16h, et près de 3 sur 10 le font même
  • 31% des 18-24 ans ont recours aux séances UV avant une exposition.

 


PAROLES D'EXPERTS : 
La prise en charge du mélanome cutané : une collaboration CHU/ICL efficace et qui dure

Interview du Dr Lionnel Geoffrois, oncologue médical à l'Institut de Cancérologie de Lorraine 

ITW Lionnel Geoffrois

"Collaboration CHU/ICL
Le CHRU de Nancy au travers de la fédération de cancérologie et l'ICL assurent depuis de nombreuses années une collaboration efficace au service des patients atteints de cancers. Cette collaboration entre le CHU et l'ICL, dans la prise en charge des tumeurs cutanées notamment des mélanomes cutanés existe depuis 2002 et s'est renforcée avec le temps.

Renforcement multidisciplinaire
Cette collaboration très marquée entre le service de dermatologie du CHU et le département d'oncologie médicale de l'ICL, au travers des praticiens impliqués en onco-dermatologie, s’est étendue aux autres spécialités que sont la chirurgie (notamment le service de chirurgie générale du CHU, le service de chirurgie maxillofaciale du CHU et le service de chirurgie de l'ICL) ainsi que la radiothérapie représentée par le département de radiothérapie de l'ICL. Cette étroite collaboration a permis de renforcer l'évaluation multidisciplinaire et la prise en charge multidisciplinaire que requièrent ces patients.

RCP commune
Dans le cadre des RCP communes nous assurons une RCP pour l'ensemble de la Lorraine, coordonnée par une onco-dermatologue et un oncologue médical. Les différents praticiens impliqués dans la prise en charge du mélanome cutané au CHU et à l'ICL, participent à cette RCP, qui a lieu en alternance à l'ICL et au CHU. Cette RCP est ouverte à tout praticien pouvant être amené à prendre en charge des patients atteints de mélanome quel que soit leur mode d'exercice, libéral, hospitalier privé, hospitalier public et leur spécialité.

NÉON
Les deux coordonnateurs, à la demande du réseau de santé, ex ONCOLOR, actuellement NÉON, ont rédigé des référentiels régionaux de prise en charge du mélanome cutané, et ils assurent une mise à jour régulière. De nombreux praticiens Lorrains ont participé à la relecture de ces référentiels.

Expertise
Les praticiens CHU et ICL impliqués dans la prise en charge du mélanome cutané, participent régulièrement et en commun à des enseignements de type enseignements postuniversitaires, ou à des séances de formation médicale continue, à des enseignements universitaires (exemple : Master IPA), a des journées d'actualité, à des comités scientifiques dont le but est le développement de projets de recherche.

Innovation
Le service de dermatologie du CHU et le département d'oncologie médicale de l'ICL, sont centres investigateurs pour des protocoles de recherche, soit commun soit complémentaires, afin de permettre l'accès à l'innovation thérapeutique pour les patients traités pour des mélanomes cutanés.

Mission ICL
Depuis 2019, les traitements médicaux administrés en ambulatoire pour les patients atteints de tumeurs cutanées, sont réalisés au sein d'un plateau technique commun (PRIMO), basé à l'ICL. Les patients suivis par le service de dermatologie du CHU et par le département d'oncologie médicale de l'ICL, pour un mélanome, sont pris en charge au sein de cette structure, les praticiens du CHU et les praticiens de l'ICL, assurent, les consultations pour traitement et suivi de traitement au sein de cette même structure. Cette plate-forme commune a été développée dans un souci d'uniformisation des procédures de prise en charge, avec des protocoles thérapeutiques communs, des modes de suivi communs, et des pratiques communes."

 

Interview du Dr Florence Granel-Brocard, dermatologue et vénérologue au CHRU de Nancy

ITW GranelBrocard Florence Plan de travail 1

Video CHRU de Nancy Florence Grannel BrocardQuels sont les dangers du soleil pour notre peau ? Lire la vidéo

Quelles prescriptions médicales pour protéger ma peau ? Lire la vidéo.

Carcinomes, mélanomes : comment les détecter ?  Lire la vidéo.

Vidéos réalisées par le CHRU de Nancy.

 

 

 

LES TYPES DE CANCERS

Il existe 2 grands types de cancers de la peau : les carcinomes et les mélanomes.

Les carcinomes sont les cancers de la peau les plus fréquents. Ils surviennent généralement après l'âge de 50 ans, sur les zones découvertes du corps (visage, cou, épaules, avant-bras, jambes…). Ils sont le plus souvent dus à une exposition au soleil excessive et chronique.

Le mélanome cutané est beaucoup plus rare que le carcinome mais c’est le plus grave des cancers de la peau, du fait de son « haut potentiel métastatique », c'est-à-dire de sa capacité à se propager rapidement à d'autres parties du corps. Entre 1980 et 2012, le nombre de cas de mélanome a eu tendance à augmenter en France. On estime qu'il a touché 15 500 personnes et causé 1 980 décès en 2018. Le mélanome peut se situer n'importe où sur le corps, y compris sur le cuir chevelu. On le trouve assez fréquemment sur le tronc chez l'homme et sur les jambes chez la femme.
Il peut se manifester de deux façons :  

  • par l'apparition d'une petite tache pigmentée sur une peau saine (cas le plus fréquent) ;
  • par la modification d'un grain de beauté préexistant.


Face au mélanome, il y a des moyens d’agir :

  • surveiller votre peau ;
  • être vigilant à tout changement d’aspect de vos grains de beauté et consulter au moindre doute ;
  • parler du dépistage des cancers de la peau avec votre médecin.  

 

LES CHIFFRES

80 000 nouveaux cas de cancers cutanés diagnostiqués en France chaque année.
En augmentation constante depuis 50 ans, on dénombre 15 500 nouveaux cas, dont 1 800 décès chaque année. Pourtant, détectés et diagnostiqués à temps, ils sont guérissables.
Source INCA

Pour en savoir plus : https://dermatos.fr/sauversapeau/

                            Post carre sauver sa peau 2022 2    Post carre sauver sa peau 2022 3    Post carre sauver sa peau 2022 4

8 mai 2022 – Journée mondiale du cancer de l'ovaire


Ruban cancer ovaireA l’occasion de la journée mondiale du cancer de l’ovaire, #WOCD célébrée le 8 mai, l’ICL vous sensibilise.

Un cancer de l’ovaire provoque peu de symptômes. De ce fait, trois quarts des patientes sont donc diagnostiquées lorsque le cancer s’est propagé au-delà de l’ovaire !

Le nombre de nouveaux cas de cancers de l’ovaire est estimé à
5 320 en 2020 en France

Il s’agit du 8eme cancer le plus fréquent chez les femmes.
(Source : Globocan – Agence internationale pour la recherche sur le cancer)


Plusieurs symptômes peuvent vous alerter dont :

  • Un gonflement du ventre ou un ballonnement
  • Des douleurs inhabituelles du ventre ou du dos
  • Des troubles du transit : une constipation récente, des faux besoins d’aller à la selle
  • De la fatigue, une perte d’appétit
  • Un changement de poids inexpliqué
  • Une impression de cystite ou des envies fréquentes d’aller uriner
  • Plus rarement, des saignements ou des pertes vaginales anormales

 

▶ Pour en savoir plus : https://bit.ly/3MIzYwT